Avec le chômage qui fait des ravages en France, on est forcé de constater qu’un diplôme ne suffit plus pour dérocher un travail. De nombreux jeunes passent plusieurs années à faire des études prestigieuses, notamment dans le domaine de l’informatique et des systèmes d’information, pour finir sans emploi. Ils se résignent à accepter des postes inférieurs à leurs qualifications. Cet article vous propose alors 5 démarches qui ont facilité l’insertion des jeunes diplômés dans le secteur des technologies d’information.

Démarche 1 : Faire un CV optimisé

Qu’est-ce qu’un CV optimisé ? Il s’agit d’un CV parfaitement adapté à une offre d’emploi. Comme nous le savons tous, ce document est votre identité professionnelle. C’est ce qui vous permettra de décrocher un entretien d’embauche ou de rester un nom sans visage aux yeux des recruteurs. Le travail d’optimisation passe par la mise à jour des informations. Si vous avez effectué des stages supplémentaires depuis le dernier CV que vous aviez rédigé, il faut les ajouter. L’actualisation est également l’occasion pour vous de supprimer tout ce qui n’a aucun rapport avec le poste visé. Par exemple, si vous êtes initialement issu de la filière de l’élevage des espaces marines, contentez-vous de citer votre diplôme surtout si vous avez eu votre master dans une université prestigieuse.

En revanche, toutes vos expériences professionnelles dans ce domaine, surtout si vous avez occupé des postes manuels, ne doivent pas apparaître sur un CV pour les métiers de l’informatique. Cette information peut sembler évidente pour beaucoup, ce qui n’écarte pas la possibilité de faire ce type d’erreur. Mettez en avant les stages, emplois et même les conférences directement ou indirectement liés au secteur numérique. Le recruteur doit trouver des informations pertinentes et non un relevé d’activités sans aucun rapport avec l’offre d’emploi. Dans les « village de l’emploi avis« , les lauréats n’ont pas manqué de mettre en évidence tout ce qu’ils ont appris sur les règles de rédaction d’un CV optimisé et d’insister sur l’importance de cette démarche pour se faire embaucher par une entreprise.

Démarche 2 : Sécuriser ses pages de réseaux sociaux

Avec le grand boom des réseaux sociaux, la tentation pour les recruteurs de vérifier votre e-réputation est irrésistible. Ils iront donc à coup sûr taper votre nom sur le moteur de recherche pour découvrir quelle image vous avez sur ces plateformes. Le premier conseil que nous pouvons vous donner, c’est de privatiser vos comptes. Autrement dit, vous devez vous assurer que les seules personnes en mesure de voir vos photos et vos publications sont des amis que vous auriez préalablement sélectionnés. Il suffit de laisser votre compte Instagram libre d’accès pour que vos recruteurs se retrouvent nez à nez avec une photo de vous qui n’est pas à votre avantage. Là, vous pouvez nous dire qu’il n’y a aucune photographie équivoque sur vos pages de réseaux sociaux et que vous ne publiez ni plus ni moins que toute personne de votre âge.

Laissez-nous vous dire que le problème n’est pas là. Après la vérification des compétences, les ressources humaines ne peuvent pas taire leur feeling. En voyant une photo décalée, ils ne peuvent pas rejeter votre candidature à un emploi dans le domaine des système d’information, mais cette mauvaise découverte peut donner une longueur d’avance à un autre candidat qui a pris le soin de sécuriser ses comptes. Certains informaticiens très talentueux découvrent, après avoir vu toutes leurs demandes rejetées, que les photos de buverie de leur vingtième anniversaire sont accessibles à tous sur la toile. On ne peut pas établir un lien définitif de cause à effet, mais faire preuve de vigilance ne vous fera aucun mal.

Démarche 3 : Soigner son image professionnelle sur la toile

Votre e-réputation est tout aussi importante que votre renommée dans la vraie vie. Vu le développement sans précédent du monde digital, votre image en ligne est encore plus déterminante. Si les recruteurs vont chercher vos failles sur les réseaux sociaux, ils iront aussi à la recherche de vos points forts sur les plateformes où vous mettez en avant votre profil professionnel. LinkedIn apparaît en tête des réseaux de travail. Si vous avez envoyé votre candidature en ligne, ce serait intéressant d’indiquer un lien vers votre profil pour que les ressources humaines puissent y jeter un coup d’œil.

Un profil LinkedIn est un espace plus grand pour devancer ses qualifications et ses opinions professionnelles. Les recruteurs pourront voir comment vous commentez des conférences, des citations, des lancements de produits, de nouveaux logiciels… Toutes ces données viendront combler tout ce qui n’a pas été dit dans votre CV ou votre lettre de motivation. N’hésitez pas à créer votre portfolio en ligne. Si vous visez un poste de technicien Internet, cette plateforme vous aidera à faire valoir votre travail. Vous pouvez ainsi insérer des liens vers des sites dont vous êtes le créateur. Vos clients auront aussi un espace en ligne pour vous laisser des feedbacks qui ne feront qu’appuyer votre candidature.

Démarche 4 : Avoir une idée claire du marché du travail

Ce qui caractérise le marché du travail, notamment dans le domaine des technologies informatiques, c’est son aspect dynamique. Vous croyez avoir toutes les cartes en mains en ce qui concerne les trouvailles numériques ? Il y a de fortes chances que certaines vous aient échappées. Tous les jours, un génie de la programmation met en place de nouveaux systèmes qui pourraient renverser toutes les données en entreprise.

En tant qu’information qui tente, par tous les moyens, de réussir son insertion professionnelle, vous devez mettre vos informations à jour. A l’ère d’Internet, l’ignorance est un choix. Des informations, actualités et tutoriels dans tous les secteurs d’activité sont présents sur la toile. Ce serait embarrassant que le recruteur fasse allusion à l’actualité numérique du moment et que vous ayez l’air perdu face à ses déclarations. Se tenir au courant de l’évolution du marché est le meilleur moyen de faire bonne figure auprès des entreprise surtout les plus grandes d’entre elles.

Démarche 5 : Suivre une formation professionnelle

La formation professionnelle est votre pari gagnant pour développer des compétences que les entreprises s’arrachent. Certains entrepreneurs se lancent dans une stratégie de débauchage étant conscient que les profils les plus brillants ne sont pas à attendre sagement sur le banc du chômage. Augmenter le nombre de vos compétences va accroître, de façon exponentielle, vos chances de trouver un emploi de qualité. Les formations, comme celles que vous trouvez au Village de l’emploi, sont conçues pour offrir aux adhérents des connaissances techniques et un savoir-faire pratique.

Les cours sont donnés par des chefs d’entreprises qui proposent un accompagnement sur-mesure issu de leur expérience professionnelle. L’accent est mis sur la pratique pour combler les failles d’un système académique principalement axé sur l’apprentissage de formules peu opérationnelles. Au bout de cette formation, les apprenants sont recrutés par les coachs qui les ont encadrés.