Contrat de travail : quel contrat pour un emploi saisonnier ?

Certains emplois saisonniers donnent lieu à la signature d’un contrat à durée déterminée sans toutefois indiquer une date d’échéance exacte. Cette particularité des contrats d’emploi saisonnier oblige tout de même l’employeur à mentionner la période de la saison et la période minimale pour laquelle le travailleur saisonnier est embauché.

En France, les emplois saisonniers touchent environ 1.3 millions de personnes. Pour certains c’est un choix personnel qui permet de travailler au rythme des saisons en reproduisant le même cycle de travail année après année. Beaucoup de jeunes et d’étudiants choisissent l’emploi saisonnier pour trouver un job d’été le temps des vacances scolaires ou universitaires. Les emplois saisonniers sont particulièrement nombreux dans le domaine agricole notamment pour la récolte des fruits, les vendanges ou encore dans le secteur touristique. Pour postuler à un emploi saisonnier, il faut en principe rédiger une lettre de motivation. Un certain nombre d’employeurs ont aussi recours au bouche à oreille pour recruter le personnel saisonnier dont ils ont besoin.

Les clauses d’un contrat d’emploi saisonnier sont similaires à celles d’un CDD (Contrat à Durée Déterminée). Le temps de travail est en principe de 35 heures mais cette durée est susceptible d’être aménagée en fonction des besoins spécifiques de l’activité exercée. La durée de travail maximale hebdomadaire ne peut toutefois pas excéder les 48 heures. Par ailleurs, la journée d’un travailleur saisonnier ne peut dépasser les 10 heures. Pour les emplois saisonniers concernant des jeunes de moins de 18 ans, le Code du travail prévoit de ne pas dépasser 8 heures de travail par jour. Le salaire des travailleurs de moins de 17 ans est fixé à 80% du Smic et celui des jeunes de 17 à 18 ans, à 90% du SMIC.

L’embauche d’un travailleur saisonnier implique la signature d’un contrat de travail saisonnier même s’il s’agit d’un job d’été. Un exemplaire du contrat doit obligatoirement être remis au saisonnier au plus tard dans les 48 heures qui suivent l’embauche. Le contrat doit mentionner la durée minimale de l’emploi saisonnier, la date à laquelle il prend effet et si possible, la date à laquelle celui-ci prendra fin. Il doit également brièvement décrire les taches demandées, le montant du salaire, la durée de la période d’essai et toutes les informations relatives à la couverture maladie et à la caisse de prévoyance. A noter que la législation en matière d’emploi saisonnier a été renforcée par l’application de la loi Travail.